Les joueuses : Melissa Tancredi

Melissa Tancredi sait qu’elle est la chance de vivre la vie d’une footballeuse internationale. Elle peut voyager à travers le monde, passer du temps avec ses amies (ses coéquipières), et pratiquer un sport qu’elle adore.


Melissa Tancredi sait qu’elle est la chance de vivre la vie d’une footballeuse internationale. Elle peut voyager à travers le monde, passer du temps avec ses amies (ses coéquipières), et pratiquer un sport qu’elle adore.



« Je peux faire beaucoup de choses (dont) plusieurs gens rêvent », a fait savoir Melissa Tancredi. « Je suis honorée de pouvoir être joueuse de soccer professionnelle. »



Tancredi n’est pas seulement fortunée dans ses poursuites, mais elle est dotée de talent par-dessus le marché. Comme étant l’une des joueuses habituelles des onze partants canadiens depuis 2007, Tancredi prendra part à sa deuxième Coupe du Monde Féminine de la FIFA aux mois de juin et juillet 2011 en Allemagne. Tancredi, ou « Tanc » comme on l’appelle affectueusement, est l’une des meilleures attaquantes au monde. Elle a la vitesse et la force pour affronter toute autre défensive adverse, sans parler de sa troublante aptitude à marquer des buts lorsqu’il compte le plus pendant d’importants matchs, et ce, sur les plus grandes scènes du monde.



Il y a quatre ans, Tancredi a fait son entrée sur la scène internationale à la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Chine 2007. Elle avait fait partie du programme national depuis quelques années, mais son évolution à partir de la ligne arrière en passant au milieu de terrain jusqu’à la ligne d’attaque était enfin complète. Selon le décompte officiel, elle a marqué un but en trois matchs, mais à vrai dire elle vous ferez remarquer qu’elle a en fait marqué deux buts, car son but d’ouverture contre la Norvège a été annulé par l’arbitre en fin de compte.



Un an plus tard, elle trouvait le fond du filet de plus en plus souvent en commençant par une cadence d’un but par match au tournoi de qualification féminine de la CONCACAF en 2008 au Mexique. Elle a été la joueuse ayant réussi à marquer un but contre le Mexique en demi-finales, assurant ainsi au Canada sa toute première qualification pour le tournoi olympique de football féminin.



« Le fait d’avoir vécu les Jeux olympiques pour la première fois était une expérience incroyable pour notre équipe », a-t-elle dit. « Ce fut un effort d’équipe à 100 %. Nous avons tenu le coup pendant plus de 90 minutes (contre le Mexique). »



La carrière de Tancredi est devenue de mieux en mieux depuis 2009. Gênée par des blessures au départ, elle a depuis trouvé l’équilibre nécessaire pour être à la fois en bonne santé et prête pour son prochain grand tournoi de 2011. Elle partage également les succès récents de l’équipe, avec plus de vingt victoires dans les deux dernières saisons menant à l’Allemagne 2011.



Le parcours fait par l’équipe entière tout au long de notre métamorphose a été incroyable », souligne Tancredi. « Pour être rendues où nous sommes arrivées aujourd’hui à partir d’où l’on est parti il y a quatre ans, sans parler de la confiance que nous avons en nous-mêmes à l’heure actuelle, c’est incroyable comme émotion. »



Sans aucun doute, une vraie bénédiction.



En passant de l’attaque à l’arrière central pour revenir à l’attaque de nouveau



Croyez-le ou non, c’était sa coéquipière Christine Sinclair qui a proposé Melissa Tancredi comme attaquante. Lorsqu’Even Pellerud, l’entraîneur-chef à l’époque, lui a demandé son avis, Sinclair lui a fait part de son idée qu’une dynamique potentielle pouvait naitre avec la défenseuse devenue joueuse de milieu qui mourrait d’envie de passer à l’attaque.



Tancredi a en fait grandi en jouant à l’avant avant de s’inscrire au rang de l’Université de Notre Dame comme arrière central redoutable. Elle était toujours à la ligne arrière lorsqu’elle a fait ses débuts avec l’équipe nationale en 2004, mais après quelques années, son cheminement lui a mené jusqu’à l’offensive canadienne.



En 2007, elle jouait à temps plein comme attaquante ayant marqué des buts aux Jeux panaméricains, à la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, au championnat de la CONCACAF championnat et tournoi olympique de football féminin.



« Il va sans dire que j’ai vraiment du plaisir à jouer à l’offensive », avoue Tancredi.



Avec treize buts en soixante et un matchs, Tancredi occupe le deuxième rang parmi les joueuses actuelles derrière la capitaine Sinclair. Elle est maintenant au septième rang des buteuses de tous les temps en ayant récemment dépassé Randee Hermus (12 buts) lorsqu’elle avait trouvé le fond du filet contre les États-Unis, le meilleur pays selon le classement mondial, le 23 janvier 2011.


Guidelines for the Return to Soccer

Canada Soccer outlines return to soccer guidelines. The return to soccer guidelines provide member organizations with a five-step process, including a checklist of weighted questions known as the Return to Soccer Assessment Tool.